Cosmétiques naturels et biologiques : où en sont les consommatrices ?

Les 4 & 5 Novembre 2014, l’association NATRUE a présenté une étude « état des lieux »
réalisée avec l’institut GfK à une délégation parlementaire européenne
9 personnes sur 10 déclarent que les cosmétiques naturels et biologiques ne doivent contenir ni OGM ni ingrédients artificiels.

Bruxelles, le 13 novembre 2014

L’association NATRUE oeuvre depuis 2007 pour la promotion et le développement de règles strictes concernant les ingrédients et les produits cosmétiques naturels et biologiques, et l’aide à la prise de décision au sein des instances de l’UE, dans l’intérêt des consommateurs à travers le monde.

Les 4 & 5 novembre, elle a présenté à l’eurodéputée Julie Girling les résultats d’une importante étude sur les attentes des consommateurs. En parallèle, NATRUE avait organisé Experience True Natural and Organic Cosmetics, une exposition sur cette thématique, au sein du Parlement Européen.

Ms. Girling a déclaré : « j’étais ravie d’accueillir cette exposition. Le Parlement Européen traite de nombreuses questions de façon abstraire, et cette exposition était une excellente occasion, d’une part de sensibiliser les euro-députés et leurs collaborateurs sur les questions de régulation pour les cosmétiques naturels et biologiques, mais aussi de leur donner l’occasion de les tester eux-mêmes.« 

Quant à l’étude, son objectif était de mieux comprendre les attentes des consommatrices à l’égard des cosmétiques naturels et biologiques. Quels leviers et quels freins à l’achat, quelles différences de perception pour les termes « naturel » et « biologique » ?

Julie Tyrrell, directrice de NATRUE, a déclaré :
« Les termes « naturel » et « biologique » pour les cosmétiques n’ont, à ce jour, toujours pas de définition règlementaire. Les critères existants relèvent d’initiatives privées. L’industrie de la cosmétique conventionnelle a récemment fait une proposition de norme ISO pour ces critères. Nous nous attendons à un niveau d’exigence bien inférieur à celle de notre label NATRUE. Qu’en est-il exactement des consommateurs et de leurs attentes sur la question ? NATRUE a décidé d’apporter une réponse à cette question fondamentale, en conduisant une enquête indépendante ».

Klara Ahlers, présidente de l’association NATRUE, a également déclaré :
« Nous sommes ravis et reconnaissants que Julie Girling nous ait accueillis au sein du Parlement Européen. Sur notre espace d’exposition nous avons pu converser avec des décisionnaires d’institutions européennes : puis pendant une réunion de deux heures et demie avec environ 30 représentants de différentes parties prenantes (média, partis politiques, autres associations). »
Elle a également ajouté : « En ce qui concerne nos activités politiques et notre démarche de sensibilisation active sur la régulation des cosmétiques naturels et biologiques, qui constitue la mission de NATRUE, ces deux jours à Bruxelles représentent une étape très importante ».

>> QUE DISENT LES CONSOMMATRICES ?
En bref : 80% des personnes sondées s’attendent à ce que les produits ne contiennent que des ingrédients naturels, l’attente pour « entièrement  biologique » étant moins importante. Le choix du naturel et biologique est un choix conscient, qui entraîne un fort besoin d’informations concernant les ingrédients et les méthodes de fabrication. 9 personnes interrogées sur 10 déclarent que ces produits ne doivent contenir ni OGM ni ingrédients synthétiques.
Les Françaises, lorsqu’on leur demande quelles qualités elles associent spontanément le plus avec les cosmétiques naturels et biologiques, répondent à 30% : « sans paraben », 21% « sans aluminium ». Les Allemandes répondent « absence d’OGM » à 34%, les italiennes « non-expérimentation sur les animaux » à 34% tandis que les polonaises les associent à « l’absence d’allergènes » (34%).

Le public comprend que le bio est un processus soumis à une régulation forte, bénéficiant d’une certification qui assure que le produit est bio. 75% des femmes, tous pays confondus, sont conscientes de la différence entre les ingrédients naturels et les ingrédients biologiques, mais seul un tiers des femmes pensent savoir quelle est la différence (À NOTER : les sondées d’Europe du Sud sont moins susceptibles que les sondées d’Europe du Nord de faire la différence entre les deux).

Les cosmétiques naturels et biologiques sont largement perçus comme étant le meilleur choix pour le long terme, une marque de respect pour soi-même, pour l’environnement et pour autrui, parce que les consommatrices ont envie de faire ce qui est bien. Ce résultat positif encourage aussi le renouvellement d’achat, et cela particulièrement pour les produits à pénétration (de type crème pour le visage) et les gammes pou bébés. Les cosmétiques traditionnels donnent l’impression d’être plus efficaces dans le court terme, mais d’être sans garantie quant à leur impact sur l’environnement ou sur leur traçabilité.

Utilisatrice de cosmétiques naturels et biologiques : 3 motivations, 3 populations
• Celles qui veulent éviter les risque (35%) : pour éviter les effets nocifs sur elles-mêmes (ne souhaitent pas d’ingrédients chimiques –> Résultat : une grande attention portée aux ingrédients,
• Celles qui sont plutôt altruiste (45%) : pour éviter les effets négatifs pour les autres (autrui, les animaux, la planète). Ceci concerne surtout les femmes de plus de 45 ans. –> Résultat : une grande attention portée aux questions de l’origine et des processus de production,
• Celles qui « internalisent » la cosmétique (20%) : pour qui les produits doivent être le reflet de leur style de vie: sain et naturel. C’est particulièrement vrai pour les femmes entre 25 et 34 ans. –> Résultat : santé, qualité et naturalisé sont importants, ce qui conduit à mettre l’accent sur les ingrédients, l’origine et les processus de production.
Il y a une répartition assez équilibrée entre ces trois groupes, et une mobilité facile entre eux.

Méthodologie de l’étude :
- Données qualitatives : 2 focus groupes de 8 participants chacun, ayant un intérêt pour les cosmétiques naturels et biologiques,
- Données quantitatives : soumission des résultats obtenus par les focus groupes, à travers un questionnaire conduit dans 6 pays européens, auprès de femmes intéressées par les cosmétiques naturels et biologiques (900 personnes).
Il s’agissait d’un échantillon de femmes responsables d’achats de cosmétiques, et ayant un intérêt pour les cosmétiques naturels et biologiques, c’est à dire pour qui la présence d’ingrédients naturels et biologiques pèse dans la décision d’achat.
Pays concernés : France, Grande-bretagne, Allemagne, Suède, Italie, Pologne.